Être élève-ingénieur et auto-entrepreneur

Dans mon article sur mes 7 conseils pour bien choisir son école d’ingénieur, j’ai évoqué en 6ème point l’aide à la création d’entreprise par l’école d’ingénieur.

Oui, vous avez bien lu ! Être étudiant et monter son entreprise est tout à fait possible et il y a même des cursus fait exprès pour cela !

 

Mais pourquoi créer une entreprise dès son école ?

 

La question est tout à fait légitime. En effet, quand on pense création de boite par un ingénieur on pense à start-up. La culture populaire donne au start-up une grande image véhiculée surtout par les réussites de Google, Facebook et autres à la Silicon-Valley.

Cependant, c’est oublié l’origine du mot et sa signification !

Signification de Start-Up

 

Ça vient de l’anglais (ça vous étonne, n’est-ce pas ? 😉 ) et veut dire départ rapide. Originaire de la Silicon-Valley, les start-ups sont les sortes de jeunes entreprises basées principalement sur les nouvelles technologies tel que l’Internet et le monde du numérique.

On généralise actuellement ce terme pour un grand nombre de jeune entreprise alors que les caractéristiques d’une entreprise start-up sont :

  • Levés de fonds d’investissement important,
  • Fort potentiel éventuel de croissance économique et de spéculation financière,
  • Une phase de recherche et de développement (R&D), test d’idée, validation et modèle économique plus ou moins longue avant sa commercialisation
  • Risque d’échec élevé
  • Pouvant se faire acheter par une grosse boite.

Après avoir remercié Wikipédia, une start-Up tel décrit au-dessus est tout ce qu’il ne faut pas faire (ou presque) pour créer une entreprise : mais ça s’est une autre histoire.

Ce qu’il faut retenir est qu’être élève-autoentrepreneur c’est être un élève qui crée une entreprise et pas une start-up même si vous pouvez employer ce terme pour épater la galerie.

 

La raison

 

Je parle de la raison de créer une entreprise alors qu’en réalité il y en a des tonnes de raison ! Mais il y en a une qui domine les autres : créer son propre emploi.

Quand on crée son entreprise, on crée son poste si on décide de travailler dans son entreprise et pas sur son entreprise. Même si un ingénieur trouve facilement un travail en moins de 2 mois pour 90%, ce travail peut vous amener à :

  • Déménager,
  • Travailler sur un sujet qui vous rebute,
  • Se conformer à un moule, à l’esprit de l’entreprise,
  • Obéir à sa hiérarchie,
  • Passer le plus claire de votre temps avec des personnes que vous n’aimez pas,

 

Créer son propre emploi permet de s’affranchir d’un bon nombre de ses contraintes. En plus, ça permet de ne pas faire que de la technique qui bien que plaisant peut ennuyer à la longue en jonglant avec la comptabilité, le droit, le management, les conférences, le marketing, la recherche de clients et de fournisseurs, les demandes d’investissement, …

Bref, ça force un élève-ingénieur à sortir de sa zone de confort et voir plus loin que le bout de son nez !

 

Sortir du schéma classique d’un ingénieur

 

Je ne sais pas vous mais moi j’ai eu et j’ai plein de schémas de vie programmés par défaut en tant qu’ingénieur. Par exemple, il est courant qu’un ingénieur passe quelques années en entreprise puis vers ses 30 à 40 ans, créer son entreprise. Ou encore de simplement monter l’échelle de la hiérarchie ou tout simplement devenir expert dans un domaine précis. Et j’en ai d’autres encore !

Le fait de venir casser ce genre de schéma est bénéfique ! Ce n’est pas primordial mais ça permet d’ouvrir son champ de vision et ainsi voir le monde avec un nouvel angle !

Car un ingénieur doit et devra résoudre des problèmes de plus en plus complexe et s’il reste avec son même regard sur le monde, la vie, la société, … bref s’il est complaisant alors il n’apportera rien de nouveaux au monde et à l’ingénierie.

 

Il ne faut pas oublier, également, qu’un ingénieur crée son propre diplôme, son propre CV. En plus de ça, j’en suis persuadé, la plupart des réponses aux problèmes d’aujourd’hui et demain nous les avons c’est juste que les solutions sont dans d’autres disciplines et qu’il faut pour cela devenir transdisciplinaire.

Or, rare sont les entreprises permettant à un jeune ingénieur ayant un background donné de travailler à la frontière entre sa discipline et une autre de manière égalitaire.

Donc permettre de se former par soi-même et d’acquérir une expérience professionnalisante est une des promesses du métier d’ingénieur !

 

Alors, élèves-ingénieurs, n’ayez pas peur et foncez !

 

Comment mettre en place cette démarche élève-ingénieur et auto-entrepreneur

 

Je dois dire qu’en fonction de votre école et de la philosophie d’enseignement du département auquel vous êtes attaché, cette démarche peut être facilité ou non. D’ailleurs c’est pour ça que j’ai mis dans l’article sur mes 7 conseils pour bien choisir son école d’ingénieur le conseil sur l’aide à la création d’entreprise, mais pas que !

A mon sens, dans l’optique d’acquérir les compétences et savoir-faire d’un ingénieur tout en ayant une vision entrepreneuriale dès son début de carrière professionnelle il est important de se fixer trois objectifs :

  • Connaitre le ou les besoins de vos futurs clients,
  • Aimer et tomber amoureux d’une solution ou d’une idée répondant au point 1,
  • Travailler sur le produit ou service en maximisant le retour client pour éviter le flop.

 

Pour les 2 premiers points, il n’y a pas vraiment besoin de l’école dans le sens où des recherches sur internet et une première acquisition en solitaire de connaissances et de savoir-faire de base de la spécialité d’intérêt est assez facile.

Pour le point 3, c’est une autre histoire. En effet, vous allez sans aucun doute avoir besoin de matérielle mais aussi qu’une aide extérieure pour vous apporter une vision macroscopique sur votre produit. Mais aussi une aide plus tangible en débloquant des problèmes techniques tout en partageant une solide expérience et savoir-faire non négligeable. Et il n’y a pas trente-six solutions : seuls les projets libres encadrés par des enseignants-chercheurs peut être le terreau fertile de création d’entreprise à mon sens !

Et si vous voulez en savoir plus sur ça, je vous conseille d’aller lire cet article pour avoir plus de renseignement sur le sujet 😉

La deuxième partie du point 3 est le plus difficile à mettre en place : il faut créer un produit ou un service viable avec les fonctionnalités de base pour le soumettre à l’avis de vos clients et avoir des retours importants pour l’améliorer ! Il ne sert à rien de rester 3 ans dans sa tour d’ivoire pour créer un produit ou un service qui ne plaira pas ou qui ne servira pas.

 

Créer une entreprise, et d’autant plus en étant encore étudient, peut être très déroutant et c’est pour cela, entre autres, qu’il existe des tas de facteurs bloquants et la liste que je vais faire est loin d’être exhaustive ! De plus, ce genre de frein psychologique dépend énormément de votre culture, éducation et état d’esprit.

Les facteurs bloquants et leurs solutions

 

Peur que ça ne fonctionne pas

 

Créer une entreprise n’est pas chose aisée et demande beaucoup de travail ! Mais la première peur est la peur de l’échec.

En effet, et surtout en France, l’échec peut être mal vu et/ou mal vécu ! Échouer c’est ne pas avoir réussi.

Sur mon autre blog axé sur le développement personnel, j’ai parlé de 4 moyens pour survivre aux échecs.

La peur est un des freins les plus communs, à vous de la dépasser !

Je n’ai pas le niveau technique suffisant

 

Quand on sort d’une école d’ingénieur, j’ai coutume de dire que notre vrai apprentissage du métier peu (enfin) commencer ! En effet, durant les années d’étude, l’école nous appris/ apprend à … apprendre. Puisque les techniques, les technologies et les outils évoluent il faut toujours apprendre. Bon, il est vrai que les « nouveaux outils » et autres technologies reposent, en règle générale, sur les outils et technologies déjà existant dont les process ont été largement éprouvé. Ainsi les ingénieurs connaissant les derniers ont un temps d’apprentissage plus court que les jeunes ingénieurs ou élèves-ingénieurs.

Mais ce n’est pas une raison pour ne pas se lancer dans l’entreprenariat !

En fait, en sortant de l’école vous avez toutes les cartouches nécessaires pour travailler. Alors il est vrai que vous métriez deux fois plus de temps pour faire une tâche que vos homologues plus expérimentés mais vous y arriverez et les difficultés que vous aurez sur votre chemin seront autant de nouvelles leçons enrichissantes !

 

Les entreprises ne voudront jamais m’embaucher après

 

Un autre facteur qui peut empêcher de se lancer dans l’entreprenariat est l’après boite.

Et là deux points importants doivent être soulevé :

  • Qui vous dit que vous allez échouer ?
  • Qui vous dit que des entreprises ne recherchent pas ce genre de profils ?

Le premier point parle de lui-même. Se demander comment justifier les X mois ou années à travailler dans/sur sa boite auprès d’un futur employeur est déjà la preuve que vous pensez échec et cela n’est pas bon du tout !

Se poser la question est légitime mais ça ne doit pas en devenir un frein à votre rêve ou objectif. Et puis si votre boite que vous avez créée à durée plus d’un an, je peux vous dire que votre expérience et savoir-faire sera énorme comparé à un même ingénieur avec un an d’expérience dans une même entreprise.

Le second point montre que certaines entreprises recherchent des (jeunes) ingénieurs avec un état d’esprit entrepreneurial : quoi de mieux que d’avoir monter une entreprise pour montrer que vous avez cet esprit ?

 

Le problème argent

 

Ah, l’argent ! J’aurai pu en parler en première ou en deuxième position mais cela aurait été trop facile !

C’est sûr que durant les premiers mois vous ne pourrez pas vous payer. Mais il existe des moyens afin de subvenir à certain des besoins de l’entreprise ou d’alléger votre fardeau : les prix ! Il existe énormément de prix divers et variés pour vous aider ! Que ce soit via la région, le département, les laboratoires mais aussi les entreprises et les particuliers ! C’est pour cela que si vous décidez de vous lancer dans cette aventure, il vaut mieux être soutenu et être guidé que ce soit par la Chambre des Commerces et Industries, par un incubateur ou même par votre école ! Ces différentes institutions pourront vous aiguiller, vous informer et vous aider à préparer les différents prix !

J’aimerai, pour finir avec cette thématique pécuniaire, parler d’une petite anecdote.

Dans mon ancien école (Polytech Montpellier), des tables rondes étaient organisées presque tous les ans et dans une des spécialités (IG – Informatique et Gestion) un ancien est venu et bien qu’il n’ait pas crée de boite, il a fait son stage dans une très jeune Start-Up et à cru dans son potentiel. Il a donc décidé de travailler pour cette boite pendant plus de 6 mois sans être payé. Et plusieurs années après, il était devenu le CTO (Chef Technologie Office ou le chef de la R&D, si vous préférez) et gagne un salaire à 5 chiffres.

Oui, créer une entreprise ou croire dans une jeune entreprise et s’associer à un créateur d’entreprise afin d’être le n°2 (ou 3) peut être très rentable ! C’est un investissement sur le long terme, un investissement sur ses capacités et ses compétences. Bref, un investissement sur soi !

 

La charge de travail

 

Entre faire la technique, préparer les prix, faire la gestion de son entreprise et se décarcasser sur les questions juridiques, comptables et autres joies administratives, un emploi du temps d’un jeune auto-entrepreneur est bien rempli ! Et cela peut être un frein car même si vous pouvez vous autorisez quelques soirées Netflix, sorties en boite de nuit ou chez des copains, il ne faut pas oublier que si vous n’avancez pas sur votre projet, le travail ne se ferra pas tout seul d’un coup de baguette magique !

 

Manque d’idée de produit ou de service

 

A l’instar de l’argent, j’aurai pu mettre ce point en première position ! Même si vous avez l’état d’esprit d’un entrepreneur, que vous n’avez pas peur, que vous êtes prêt à travailler plus de 100h par semaine et que question argent il n’y a pas de problème (vous aimez les régimes pâtes ! 😉 ), pas d’idée de start-up est un énorme frein.

Mais je vais vous donner plusieurs astuces pour vous aider à en avoir. D’ailleurs, je les ai déjà évoqués dans l’article sur la puissance des projets libres. Si je les résume :

  • Demander à vos futurs clients leur frustrations vis-à-vis de leur relation avec les produits, services ou leur quotidien vis-à-vis du domaine d’ingénieries où vous êtes,
  • Aller vous renseigner sur les activités de recherches des laboratoires dont dépendent vos enseignants-chercheurs : c’est un bon moyen de non seulement d’avoir une aide technique avancé de leur part mais aussi d’être le précurseur dans le secteur que vous visez !

 

La solitude d’un entrepreneur

 

Le dernier point et pas des moindre est la solitude qu’on peut éprouver en commençant une activité d’entrepreneur.

Comparé aux autres points évoqués plus haut, celui-là est vrai mais par chance qu’à moitié !

Comme je l’ai déjà expliqué dans le point sur l’argent, il y a des structures, des organismes qui sont là pour vous aider dans votre démarche ! Alors oui, quand vous serez en face d’un problème qui peut vous paraitre insoluble ou complètement démesurable vous allez être seul pendant un (bon) moment. Mais je dois dire qu’on apprend plus efficacement quand on met les mains dans le cambouis que quand on nous assiste à chaque fois !

Il faut toujours voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide tout en sachant qu’il faudra bientôt aller le remplir 😉

 

Conclusion

 

L’article peut être vu comme une ode à l’entreprenariat estudiantine alors que pas du tout !

Étant donné que cette option de créer son propre emploi n’est pas vraiment mis en avant et que c’est une voie qui n’est pas beaucoup empruntée par les élèves-ingénieurs, j’ai voulu la mettre un peu plus en avant.

Mais comprenez-bien que je ne vous pousse pas du tout à créer votre entreprise. Et, je tiens à le répéter, c’est une tâche dure, laborieuse et pas souvent couronné de succès ! Pourtant, c’est une voix qui est riche d’enseignement tant d’un point de vue professionnel que personnel. De plus, je ne connais pas toutes les filières d’ingénierie et il doit en exister où on ne peut pas créer d’entreprise. Je pense notamment au nucléaire : je pense que si vous décidez de créer une petite centrale nucléaire de fission ou de fusion dans votre jardin ou terrasse, des personnes viendront vous voir … 😉

Je dois dire aussi que tout le monde ne peut pas créer son entreprise d’autant plus durant l’école ou juste après à cause de la mentalité.

J’ai fréquenté un stagiaire qui bien que compétent techniquement, la preuve il a été embauché à l’issu de son stage, sa manière de voir sa carrière professionnelle ou la vie d’un ingénieur prouve qu’il n’est pas du tout prêt à se lancer dans l’aventure ! Quand on connait son passé on comprend aisément pourquoi mais son cas n’est ni spécial, isolé ou minoritaire !

 

J’aimerai finir sur une touche un peu plus philosophique : être ingénieur, au-delà du héro que je peux dépeindre, c’est un être humain avec ses qualités et ses faiblesses. Je dis être ingénieur alors qu’en réalité on n’est pas ingénieur ou, plus généralement, nous ne sommes pas notre métier. Notre métier est une part de nous, nous a permit de nous façonner, d’explorer le monde et notre société d’une certaine manière mais nous sommes avant tout des humains ! Qui que vous êtes, quelques soient vos objectifs, rêves, intentions ou visions de la vie et du métier d’ingénieur, cela vous rend unique et c’est cette unicité qui permet que vous apportiez des solutions ou des plus-values à des problèmes, solutions ou problématiques. Et il faut garder cette individualité avec tous ces bienfaits et inconvénients car c’est la somme de tout cela qui fait que vous êtes !

 

Portez-vous bien,

Christophe.

 

Sources

 

https://www.orientation-education.com/article/etudiants-auto-entrepreneurs-un-statut-avantageux-qui-attire-les-jeunes

https://blog.hiscox.fr/etudes-entrepreneur/

https://www.letudiant.fr/jobsstages/creation-entreprise/comment-les-ecoles-dingenieurs-vous-preparent-a-lentrepreneuriat-13930.html

https://www.reussirmavie.net/etudiants-entrepreneurs/

https://www.usinenouvelle.com/article/futur-ingenieur-deja-entrepreneur.N346885

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *