Les 3 années en école d’ingénieur

Quand on veut devenir ingénieur, on doit obligatoirement passer par une école d’ingénieur d’une manière ou d’une autre. Et donc ces 3 ans sont un peu le dernier parcours du combattant à passer avant le précieux sésame.

Il y a un hic : chaque école d’ingénieur a une manière bien à elle de former ses élèves. Cependant, il y a une certaine homogénéité dans la manière de procéder et c’est ce qu’on va voir ensemble et maintenant ?

 

La 1ère année

 

Si je dois la décrire en une phrase, la première année se résumerait à Bienvenu parmi nous !

Et oui, dans la plupart des cas, l’école va faire en sorte que l’élève se plaise dans son nouvel environnement que ce soit à travers le BDE (Bureau Des Élèves) ou via le fait qu’elle va aider les étudiants de tout bord à atteindre un même niveau de savoir et de savoir-faire et cela, surtout au premier semestre.

 

Le 1er semestre

 

Le premier semestre est surtout connu pour être le semestre de ratissage des connaissances et savoir-faire: on va mettre tout le monde au même niveau ou en tout cas, faire en sorte que chaque élève ait un bagage scientifique permettant de suivre les enseignements de la spécialité tout en commençant l’ingurgitation des connaissances de la spécialité.

Dit autrement, le premier semestre joue sur une mise à niveau et sur le socle des connaissances de la spécialité.

Je vais vous donner un exemple : le mien.

J’ai fait une classe préparatoire intégrée à Polytech Montpellier et je suis rentré en première année d’école d’ing (toujours à Polytech Montpellier) en EII-MEA (Electronique et Informatique Industrielle, Microélectronique et Automatique). Et dans ma promo il y avait d’anciens de la classe prépa intégrée tout comme moi avec des anciens d’IUT et de classe prépa classique. Et bien, nous les anciens classes intégrées, n’avons eu aucune connaissance en automatique, les classes prépa aucune en programmation et les anciens d’IUT en mathématiques.

De ce fait, on avait des cours d’automatique, de programmation et de mathématiques : ceux qui avaient déjà des connaissances ont pu avoir une petite piqure de rappel et allé plus loin dans ce qu’il avait appris et ceux qui n’avaient aucune connaissance (typiquement moi en automatique) ont eu le droit à un cours où tout est à apprendre.

Cependant, et ça c’est important!, la plupart du temps les cours comme ça vont à une cadence assez rapide : il n’y a qu’un seul semestre (environ 4 mois) pour avoir de, relatives, bonnes connaissances alors que les autres ont travaillé dessus pendant 2 ans !

A côté de ça, on a des cours où tout le monde est plus ou moins logé à la même enseigne et tout est à apprendre, comme un cours normal en somme ?

 

Le 2nd semestre

 

Le second semestre a 2 objectifs :

  • Faire en sorte que ce qui a été ingurgité au premier semestre soit bien passé,
  • De donner d’autres bases afin d’être opérationnel pour un stage qu’il soit en laboratoire ou en entreprise.

 

Le premier point est asses évident car on sait bien qu’en un pauvre et malheureux semestre on ne peut pas avoir le même niveau que ses petits camarades qui ont eu deux ans, plus ou moins, pour apprendre tout ce qui a été dit.

Le second point, non seulement est une suite du premier mais aussi un focus un peu important de l’école.

En quoi c’est une suite, me direz-vous. Le meilleur moyen pour bien digérer des connaissances est de les appliquer, tout simplement ! En les appliquant, via des travaux pratiques ou des projets, on va forcément tomber sur des problèmes ou des points qui sont passés sous la trappe pour diverses raisons : le cours n’a pas été aussi loin pour aborder le point en question, avoir compris théoriquement un sujet ne veut pas forcément dire qu’on peut l’appliquer en pratique, c’était un point qui n’a pas été entièrement compris, …

 

En plus des deux objectifs cités, un autre point essentiel est de continuer inlassablement à préparer l’élève ingénieur à sa vie future (en entreprise).

 

Dernier point, et pas des moindre, des projets voient le jour et sont une mise en bouche pour la suite.

 

Ensuite, un stage peut être fait. Il n’est obligatoire seulement pour ceux n’ayant pas fait de stages durant les deux dernières années, typiquement les classes prépas et certaines classes de prépa intégrées.

 

La 2ème année

 

La phrase de cette seconde année est Tu vas souffrir.

Cette seconde année en école d’ingénieur est placée sous le signe du travail et des tas de projets qui tombent dessus.

 

Il n’y a pas vraiment de distinction entre les deux semestres puisqu’il y a une vraie continuité. Cependant, certaines écoles mettent en place, durant la seconde moitié de l’année un stage de plusieurs mois (en général 4 à 5 mois) à partir d’avril alors que d’autres écoles font faire un stage de deux à trois mois en juin, juillet et août.

 

Cette seconde année doit permettre à l’élève ingénieur d’acquérir de nouvelles connaissances théoriques mais aussi de les mettre en pratique dans des projets.

 

La 3ème année

 

Pour la phrase de cette 3ème et dernière année, le leitmotiv est Je ne peux presque plus rien pour toi donc je te donne les dernières informations importantes.

 

Le 1er semestre

 

Cette année est assez particulière car non seulement certains élèves ne la font pas dans l’école : semestre d’étude à l’étranger ou si vous êtes dans un réseau d’ingénieur il peut avoir la possibilité de faire le semestre dans une autre école du réseau.

En tant que dernier semestre avant que l’école ne lâche en entreprise ses (chers) élèves, elle va donner un dernier coup de finition que ce soit pour l’aspect culture générale de l’ingénieur du domaine en mettant en place des cours de spécialité ou des choix de cours pour approfondir ou pour apprendre une branche de la spécialité du département.

 

Lors de ce premier semestre de cette dernière année, il y a aussi le projet industriel. Chaque école lui donne son petit nom : PIFE (Projet Industriel de Fin d’Etude), PFE (Projet Industriel d’Etude), projets indus, …

L’idée reste la même : faire une nouvelle rencontre avec le monde de l’entreprise. Pour certains élèves ça peut être la première rencontre s’ils ont fait leur stage de 2ème année en laboratoire, pour d’autres ça peut être une nouvelle expérience avec le monde industriel.

 

Le dernier semestre

 

Si de ce que j’ai dit plus haut peut varier en fonction des écoles et même des différents départements au sein d’une même école (j’y reviendrai après), ce point si est invariant : le stage de fin d’étude en entreprise.

Ce stage est le point le plus important des trois années : c’est ce qui va diriger les 3 à 5 premières années d’un ingénieur pour une grande majorité d’ingénieur junior, d’où l’importance de :

  • Bien choisir son stage,
  • Mais aussi de bien le préparer en … travaillant soigneusement et rigoureusement les 2 ans et demi auparavant ?

 

Quelques chiffres à retenir par rapport à ce stage de fin d’étude :

  • 60% des élèves-ingénieurs ont un travail avant la fin de leur stage : ça veut dire que soit la boite où ils ont fait leur stage les prend soit ils ont cherché ou soit le tuteur industriel les a guidés vers une entreprise qu’il connait.
  • 90% des ingénieurs jeunes diplômé trouve un travail deux à trois mois après la fin de leur stage : en règle générale il y a quelques semaines de latence car la plupart prennent des vacances (bien mérité !) à la fin du stage en plus les stages se finissant généralement entre la fin juillet et septembre, les vacances viennent ralentir des embauches.
  • 20% des jeunes ingénieurs poursuivent leur étude ou font faire une thèse.

 

La 4ème année

 

La 4ème année (oui, il n’y a bien que 3 ans en école d’ingénieur mais une 4ème année existe) et sa phrase est Va je ne te hais point. Cela se passe lors de la cérémonie de remise de diplôme où l’école dit au revoir à ses élèves pour espérer les revoir en tant qu’ingénieur, futur partenaire industriel, tuteur entreprise et (surtout) ambassadeur de l’école et de ses valeurs !

 

Informations sur le découpage

 

Je ne savais pas quel titre aguicheur donné à cette partie. Mais ce qu’il faut retenir de cet article n’est pas le découpage des années mais le découpage des intentions de l’école !

En effet, les trois découpages sont :

  • Le bienvenu dans l’école et tout faire pour que l’élève se sente bien dans celle-ci,
  • Le travail de fond sur le savoir, le savoir-faire et la mise en pression (chose assez fréquente en entreprise !),
  • Les derniers conseils et une vue panoramique sur l’ensemble des possibilités post-école tant qu’au niveau du fond (dans quel domaine de la spécialité que j’ai étudié je fais travailler) que de la forme (salarié, auto-entrepreneur, Recherche et Développement, Production, Commercial, Marketing, …)

 

Ce découpage peut être fait tel que je l’ai présenté dans cet article et que j’ai vécu personnellement ou d’une manière totalement différente ! Chaque école et chaque spécialité (département) des écoles a sa propre politique ou vision des choses sur l’apprentissage d’un élève-ingénieur.

 

Merci de m’avoir lu.

Si vous êtes ou avez fait une école d’ingénieur, avez-vous tiré les mêmes conclusions que moi par rapport au découpage ? Avez-vous des expériences à nous relater ? N’hésitez pas à laisser un commentaire !

 

En attendant, portez-vous bien et à la prochaine,

Christophe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *